Vous êtes dans : Accueil > La Mairie > Tribunes politiques > Tribunes politiques 2015 > Tribune NEF du 3 avril 2015

Tribune NEF du 3 avril 2015

Déclarations du groupe NEF sur le vote du budget 2015 (30 Mars 2015) par Laurent Paul, conseiller municipal du groupe NEF

Les élus Nef regrettent de ne pas avoir pu participer aux dernières réunions de la commission financière en raison de leurs contraintes professionnelles. Le constat qu’ils font de l’état des finances de la commune se basera donc sur les documents transmis au conseil municipal et les réponses transmises par Mark Vénus – que je remercie à cette occasion – aux questions adressées par écrit à la commission. Et ce constat fait ressortir les éléments suivants.

Les taux des impôts locaux vont augmenter pour la quatrième année consécutive à Fourqueux.
Depuis 2012, la hausse totale incluant la révision des bases locatives dépasse 10% dans un contexte de stagnation des revenus des ménages. S’il est incontestable que l’environnement national est cette année très défavorable avec en particulier la baisse de la DGF, il n’en demeure pas moins que cette hausse régulière de la fiscalité a d’autres causes, et notamment l’alourdissement très sensible de la charge de la dette.

Cette charge de la dette (intérêts et remboursement du capital) atteindrait 417.000 euros en 2015, en augmentation de 40.000 euros par rapport à l’année dernière. Cette charge de la dette ne dépassait pas 200.000 euros par an si l’on remonte aux années avant 2010. De surcroît, l’encours de la dette devrait s’accroître de 50% cette année avec plus de 2 millions de nouveaux emprunts, ce qui va inévitablement entraîner une nouvelle hausse de la charge de la dette en 2016. La commune paye lourdement le coût des opérations centre village et rénovation de l’Espace qui avaient pourtant été annoncées comme autofinancées. Et compte tenu de la durée des emprunts, elle va devoir supporter cette charge pendant des dizaines d’année avec des espoirs très limités de pouvoir récupérer des marges financières.

Les perspectives de progression des recettes propres semblent en effet très aléatoires, tant en terme d’installation de nouvelles entreprises que de nouveaux ménages. On voit bien que le marché immobilier est très ralenti et les résultats du dernier recensement semble montrer une baisse de la population. Dans ce contexte, il est absolument essentiel d’être extrêmement rigoureux sur les dépenses de fonctionnement. Nous donnons acte sur les efforts qui ont été entrepris l’année dernière s’agissant de la réduction des heures supplémentaires et de la maîtrise des frais généraux.
Pour autant, la prévision d’une hausse de 3,8% de la ligne charges de personnel par rapport au réalisé de l’année dernière nous semble élevée. Nous n’avons pas tous les éléments qui permettent d’en comprendre le détail mais nous interrogeons quand même sur l’annonce d’un recrutement supplémentaire pour l’entretien de l’Espace alors qu’il avait été promis durant la campagne de l’année dernière qu’aucun nouveau poste ne serait créé durant la présente mandature et que le nombre de mètres carrés du nouvel Espace était parfaitement connu il y a un an.

Lors du débat d’orientation budgétaire le 9 Mars, Bernard Ophèle avait dit, je cite le PV du conseil, qu’une réflexion sur la réduction des services serait peut-être un débat en 2016 ou 2017. Compte tenu des faibles probabilités que nous sortions rapidement de l’environnement de crise actuel, nous sommes d’avis que ce débat s’ouvre sans délai, en commençant par s’interroger sur quels sont les services vraiment essentiels à la population et ceux qui en période de crise peuvent faire l’objet d’une révision à la baisse. Nous sommes naturellement disposés à participer à cette réflexion.

Pour l’ensemble de ces éléments, monsieur le maire, mesdames et messieurs les élus, le groupe NEF vote contre le projet de budget 2015.

Partager cette page