Vous êtes dans : Accueil > La Mairie > Tribunes politiques > Tribunes politiques 2018 > Tribune NEF parue dans l'A Propos de mai

Tribune NEF parue dans l'A Propos de mai

Fusion de communes : pas de décision précipitée et sans l'avis des habitants !

D’une avancée à marche forcée du projet à voter en décembre 2018, nous arrivons aujourd’hui à une volonté de tout verrouiller pour octobre !

A cette heure, seule une étude financière (pression fiscale, dette, dotations de l’État) a été présentée. Les autres points stratégiques d’un projet d’une telle envergure ne sont pas abordés :

-          Mutualisation de moyens, d’infrastructure et de personnel

-          Maintien de l’identité de notre village dans un ensemble qui comportera une population dix fois supérieure

-          Services à la population, centre de loisirs, aides, vie associative : quelle politique pour demain ?

-          Nouveau PLU et règles d’urbanisme qui devront satisfaire l’ensemble du territoire : quelles protections du cadre de vie exceptionnel qui nous a conduits à vivre à Fourqueux ?

Tous ces points nécessitent une étude approfondie, précise et qui donne le temps nécessaire à la réflexion. Temps pour envisager tous les scénarii et regroupements possibles, toutes les pistes de mutualisation et d’économie d’échelle, avec ou sans fusion de communes. Nous appelons donc à la prudence …

Prudence étayée par le Rapport du Sénat n° 563 du 28 avril 2016, qui alerte sur les écueils à éviter comme :

-          Créer la commune nouvelle au seul motif de profiter de l’incitation financière et fiscale de l’État ;

-          Ne raisonner qu’en termes d’affinités politiques, au risque de créer une commune nouvelle sur un territoire sans projet ;

-          Se lancer dans le projet sans expliquer et communiquer en amont de la création ;

-          Réfléchir seuls à deux ou trois élus au périmètre et objectifs, sans consulter ;

-          Construire en fonction des seules simulations fiscales, au risque que le projet, faute de logique de territoire, ne se réalise qu'imparfaitement et que toutes les communes y perdent.

Et puis surtout, nous exigeons le temps de la concertation et que vous soyez consultés : aucune majorité ne s’étant présentée avec un tel projet, nous avons demandé au Maire dans un premier temps, à tous nos collègues du Conseil ensuite, d’organiser un référendum. Nous n’avons reçu aucune réponse de la majorité municipale qui considère donc être seule apte à décider de notre avenir commun !

Plus que jamais, vous pouvez compter sur notre détermination à faire entendre votre voix.

Pour le groupe NEF,

Matthieu Cadot

Partager cette page